7
Nov
2016
7

Le jour où j’ai décidé de changer de vie

J’aimerais vous parler de comment le voyage a fait son apparition dans ma vie et a pris une telle ampleur. Si ceux qui ont déjà voyagé le savent sans doute, peut-être que ceux qui ne l’ont pas encore fait ignorent qu’on ne naît pas forcément en courageux et intrépide voyageur mais qu’on le devient au cours de notre vie. Entre excitations, peurs et incertitudes, mon histoire n’est pas tellement différente… Voici comment ça s’est passé.

 

Routine et incompatibilités

Il y a quelques années, j’avais un amoureux pour qui j’avais décidé de tout quitter ou presque pour aller m’installer avec lui, à Valence, une ville où je n’avais jamais mis les pieds de toute ma vie. Après l’euphorie des premiers jours est alors arrivé un sentiment bien moins sympathique, portant le charmant nom de Routine et accompagné de son ami Je-Crois-Que-Ça-Ne-Marchera-Jamais, qui s’était visiblement incrusté suite à la découverte d’une grosse incompatibilité caractérielle, chose ignorée ou évitée à l’époque. En tout cas, la joie d’avoir son indépendance et une vraie vie d’adulte pleine de liberté était bien moins fun que prévu.

J’avais un bon job. Responsable de boutique dans une maison de thés et de cafés à 21 ans. Vendre de chouettes produits, avoir un bon salaire… pas mal, vous me direz !? C’est vrai… mais ma vie sociale était au point mort, transformant peu à peu mon quotidien en routine plate et sans grand intérêt.

 

Mon inscription sur Couchsurfing

Par curiosité, je m’étais inscrite sur le site Couchsurfing, un site que j’avais découvert grâce à un examen d’anglais au lycée (histoire vraie!) Je pensais qu’il pourrait être sympa d’héberger des voyageurs en vadrouille. Manque de chances, les demandes de canapés sur Valence étaient loin d’être envahissantes…

Pourtant un jour, j’ai reçu un message de Jacques qui s’en venait quelques jours pour une formation dans la région et qui cherchait une place où rester. Après quelques hésitations et non sans une certaine appréhension, on a accepté de l’héberger pour son séjour dans la Drôme. C’était un peu étrange d’accueillir quelqu’un dont on ne connaissait absolument rien et de ne pas savoir comment sa venue allait se dérouler. Mais après tout, il fallait bien commencer quelque part.

Jacques, notre tout premier couchsurfer, est resté quatre jours chez nous. C’est un Lyonnais passionné de rencontres et avec déjà quelques pays visités au compteur. Et c’était pas bizarre du tout ! Bien au contraire. C’était comme recevoir un ami qu’on avait pas vu depuis longtemps.

Ayant des rêves de voyages par-ci, par là, j’étais super intéressée et admirative de son parcours et des voyages qu’il avait fait. Un peu envieuse aussi. Compte tenu de la monotonie qui régnait dans ma vie à l’époque, je me disais que ce serait super chouette si moi aussi, je pouvais vivre des aventures aussi exceptionnelles que les siennes.

C’est vrai que j’avais entendu parler de certains visas comme le Permis Vacances-Travail (PVT) qui semblait être un super bon plan et j’avais même déjà regardé comment l’obtenir… Mais bon, j’avais un copain, un job, un appartement à payer…

 

La rencontre et le déclic

Le premier soir, on a discuté longtemps et surtout très tard. De voyages, de projets et d’inspirations. Et c’est sans doute ces conversations qui ont marqué le début de cette folle envie de voyager. Ou disons que ça a remit des choses en cause…

Est-ce que j’étais vraiment heureuse dans ma vie ?
Est-ce qu’il ne manquait pas quelque chose ?

Au fil des heures, mes simples rêves de voyage s’étaient transformés en projet qu’un jour, je serai capable de réaliser…

Je pense que tu devrais le faire! 

Oui, c’est vrai. Pourquoi pas ? Je pouvais le faire.

Mais (parce qu’il y en a toujours un), c’était aussi évident que je ne pouvais pas partir comme ça, prendre mes cliques et mes claques, dire bye-bye à mon histoire d’amour et mettre les voiles vers de nouveaux horizons. Pourquoi ? Parce que je n’étais jamais partie avant, que l’inconnu faisait peur et que se séparer encore plus…

Quoi qu’il en soit, cette rencontre anodine a été celle qui a fait naître en moi un profond désir de renouveau et d’évasion.

 

Premier pas vers un nouveau départ

Les mois ont passé après cette rencontre. J’ai continué à faire ma vie, tout en ayant la ferme intention de partir voyager dès que ce serait le bon moment. Détrompez-vous, je n’essayais pas de me persuader que j’allais finir par partir un jour, c’était plus une intuition que j’avais… Les inspirations déclenchées par cette rencontre me trottaient sans cesse dans la tête. Très vite, quitter et partir à l’aventure était devenu une sorte d’obsession, un objectif secret à atteindre pendant que je voyais ma vie affective s’effondrer comme un château de cartes.

Finalement, ce qui devait arriver arriva. On s’est séparés et aussi triste que ça puisse paraître, c’était surtout le premier pas vers un nouveau départ. J’ai décidé de tenter d’obtenir un PVT au Canada… parce qu’on y parle français puis que ça fait moins peur pour un premier voyage. Entre-temps, le grand patron avait décidé de vendre la boutique dans laquelle je travaillais et par la même occasion de me licencier, faute d’avoir une clientèle assez fidèle pour continuer. Coïncidence ? Peut-être bien, mais surtout un timing parfait !

A partir de ce moment, il ne restait plus qu’à s’organiser et à faire les choses correctement ! Entre paperasses et investigations en quête d’informations sur le pays des caribous, je continuais à économiser et imaginais un itinéraire parfait! J’avais même participé aux quelques rencontres Couchsurfing organisées sur la ville. Réellement une renaissance

 

Aventure, me voilà!

L’été arriva. J’ai quitté Valence après trois ans de bons et loyaux services. Retour chez Papa et Maman le temps d’un été. Malgré 6 mois d’attente interminables entre stress et doute, j’ai réussi à obtenir mon PVT au Canada. Le précieux sésame qui me permettrait de faire mon tant attendu premier voyage en septembre 2014 et finalement de changer de vie

Voilà, ça c’est mon histoire et comment cette passion que je partage avec vous aujourd’hui est entrée dans ma vie. Ça n’a pas été de tout repos mais finalement, c’est arrivé au moment opportun !

Et vous, comment ça a commencé ? N’hésitez pas à me faire part de votre expérience et de ce qui vous a motivé à prendre le large !

Tu as aimé cet article ? Partage-le !

Tu pourrais aussi aimer...

Sherbrooke, un an plus tard
Sherbrooke, un an plus tard…
charlevoix
La fois où je suis partie en stop à Charlevoix

11 Réponses

  1. Cindy came-true.blogspot.fr

    J’adore lire ce genre d’histoires, et la tienne est très intéressante. Ton parcours est fait de remises en question, des déclics, et de courage, c’est vraiment chouette ! ^_^

    1. Emmanuelle

      Salut Cindy!
      Merci! 🙂 Effectivement, ça a été tout un chamboulement avec 1000 questions mais sans doute une des meilleures décisions que j’ai pris dans ma vie! 😉

  2. Je me reconnais tout à fait dans ce que tu décris, sauf que pour moi l’aventure et le voyage c’était finir par suivre ma vocation (je suis harpiste, et je suis élève en chant lyrique, ce qui est mon vrai projet professionnel). J’étais avec quelqu’un qui ne me convenait pas, et l’incompatibilité d’aspiration profonde a eu raison de cette histoire. Cela dit je rêve de voyages également et j’organise le plus possible de découvertes et d’escapades, même si pour l’instant c’est simplement en France.

    1. C’est un super beau projet aussi, Estelle! Contente de savoir que tu as trouvé ta voie (ahah, j’ai ris!) 🙂 Et tu sais, même si ce n’est qu’en France pour le moment, ça reste un très beau pays où il y a plein de choses à voir. 🙂 C’est ce que j’aimerais faire un jour, vraiment plus voyager dans mon propre pays! 🙂

Laisser une réponse

CommentLuv badge