26
Sep
2017
1
Comment faire du house-sitting

Qu’est-ce que le House-Sitting?

J’en ai parlé à quelques reprises sur le blog, le House-Sitting est une façon sympathique, peu chère et solidaire de voyager dans le monde. Ayant fait l’expérience à plusieurs reprises en Nouvelle-Zélande, j’ai décidé de vous parler un peu de comment ça fonctionne.

 

En théorie

Le house-sitting, c’est tout simplement du gardiennage. Quand un local part quelques jours/semaines, il peut faire appel à des sitters pour veiller sur ses animaux, ses plantes ou pour assurer une petite maintenance durant son absence.

Dans le fond, il s’agit d’un échange de bons procédés puisqu’en échange de vos services, vous serez logés directement chez le propriétaire pendant la durée du séjour. Une bonne alternative pour varier un peu les plaisirs du voyage alternatif!

Le house-sitting en voyage

 

En pratique

  • Devenir un sitter

Il existe de nombreux sites qui proposent ce genre d’échange :

  • Mindmyhouse.com
    Disponible partout dans le monde, l’abonnement est d’environ 17 euros/an.
  • Luxuryhousesitting.com
    Disponible partout dans le monde, l’abonnement est d’environ 21 euros/an.
  • Housecarers.com
    Disponible partout dans le monde, l’abonnement est d’environ 35 euros/an.
  • Nomador.com
    Disponible partout dans le monde, l’abonnement est d’environ 75 euros/an.
  • Trustedhousesitters.com
    Disponible partout dans le monde, l’abonnement est d’environ 85 euros/an.

Si certains sites proposent un abonnement gratuit, choisir l’abonnement payant peut s’avérer plus avantageux notamment sur la prise de contact avec les propriétaires. De plus, les frais seront vite rentabilisés puisque vous ne paierez pas de logement durant vos gardiennages.

De notre expérience, on a été sur Mind My House durant un an mais… nos projets de voyage n’étaient pas très compatibles avec le gardiennage donc s’est avéré être un petit échec. En revanche, lorsqu’on s’y est vraiment mit, on a testé House Carers à plusieurs reprises.

House-sitting en voyage

 

  • Consulter les annonces

On peut faire du house-sitting à peu près partout mais vous aurez plus de chances de trouver votre bonheur en Amérique du Nord, en Europe ou dans des pays comme l’Australie et la Nouvelle-Zélande où cette pratique est plus populaire et les demandes plus nombreuses.

En fonction de votre mode de voyage, vous pouvez chercher des house-sittings à des places précises ou adapter votre itinéraire en fonction des annonces que vous trouvez (c’est cette option qu’on avait finalement choisi!)

Les annonces sont souvent accompagnées de photos et d’une brève description du lieu. On y trouve également les dates de séjour, le type d’animaux présent ainsi que les tâches à effectuer quand il y a lieu.

House-sitting avec des animaux de ferme

Certains propriétaires peuvent demander des références ou des compétences particulières (par exemple : avoir de l’expérience avec des animaux de ferme). Si vous n’en avez pas, rien ne vous empêche de tenter quand même, on ne sait jamais! Pour la petite info, la première fois qu’on en a fait, on a dû s’occuper de 18 vaches en plus de deux chiens, ahah!

 

  • Prendre contact avec les propriétaires

Devenir un house-sitter fonctionne à peu près de la même façon que Couchsurfing, ou Helpx : C’est à vous de faire bonne impression pour être choisi. Il se peut que vous soyez plusieurs à convoiter la place alors démarquez-vous!

Privilégiez le courriel plutôt que le téléphone dans un premier temps. Personnellement, je trouve le téléphone un peu trop intrusif pour le début. Faites un beau message, idéalement avec pas trop de fautes et n’hésitez pas à en mettre une beurrée! Dans le fond, vous allez vivre chez des inconnus… sans eux! La confiance doit être totale et plus ils en sauront sur vous et votre histoire et mieux ce sera.

Si vous faites votre petit effet, la seconde étape sera possiblement l’appel téléphonique. Ça permettra à votre interlocuteur de mieux vous cerner et vous pourrez poser toutes les questions que vous voulez.

 

  • Rencontrer les propriétaires

S'occuper des animaux en voyage

Dans la mesure du possible, je vous conseille d’arriver la veille de leur départ. D’abord, ça permettra d’éviter tout stress d’éventuels retards. Ensuite, les propriétaires pourront vous faire visiter tout en vous donnant les dernières recommandations et vous rencontrerez enfin les animaux dont vous aurez la charge pour les prochains jours.

Personnellement, je trouve qu’arriver avant la veille favorise aussi l’échange avec les propriétaires. C’est souvent une bonne occasion pour apprendre à se connaître et il n’est pas rare que ça se passe autour d’un repas.

Le jour du départ, en revanche, a cette chose un peu gênante qui s’appelle l’attente. Quand eux s’apprêtent à partir, vous allez littéralement attendre qu’ils partent, ce qui est un peu intimidant car… vous n’êtes pas chez vous! A leur départ, assurez-vous d’avoir toutes les infos qu’ils vous faut et éventuellement un moyen de les contacter au besoin.

 

Dernières recommandations

Chaque house-sitting est différent et aucun sitter n’est pareil. Basés sur notre expérience voici quelques conseils de dernières minutes :

  • Un véhicule est-il à ma disposition?

    Si comme nous, vous voyagez sans voiture, ce point peut être déterminant puisque certaines places sont assez reculées et peu ou pas fréquentées. S’ils sont habitués, les propriétaires peuvent alors vous laisser une voiture pour ne pas que vous soyez coincés au fin fond de la campagne. Dans notre cas :

    – Trois nous ont laissé un véhicule sans problèmes.
    – Un couple a refusé de nous laisser une voiture pour des questions d’assurance.
    – Une dame a refusé pour cause de mauvaise expérience avec des house-sitters… MAIS! consciente de son emplacement éloigné, elle nous a laissé 1000$ pour louer une voiture!!! Absolument incroyable, n’est-ce pas?

  • Les ressources sont-elles limitées?

    C’est un conseil : vérifier avec le propriétaire si des ressources comme l’eau ou l’internet sont limitées (car oui, dans certains pays, tout n’est pas encore à l’illimité). Ça vous évitera par exemple l’explosion du forfait internet ou autres gaffes pas tellement réjouissantes.

  • Puis-je me servir dans la cuisine?

    Les gens qui vous confient leur maison ne fournissent aucune nourriture. Cela dit, certains seront heureux de vous laisser vous servir pour éviter le gaspillage (pour vrai, des fois les gens partent en laissant le frigo à moitié plein!) Cela dit, comme vous êtes pas des bêtes non plus, demandez toujours avant de vous servir de quoi que ce soit et assurez-vous de racheter ce que vous avez pris, c’est la moindre des choses.

 

Solidarité et indépendance

Vivre chez les autresUne fois les propriétaires partis… eh bien, vous vivez votre vie ! N’oubliez pas de faire vos devoirs du genre nourrir le chat et vous assurer de garder la maison sur pieds! Certains gardiennages vous demanderont d’effectuer d’autres petites tâches telles que ramasser les légumes dans le potager, faire du désherbage ou encore arroser les plantes.

A la fin du gardiennage, il est logique (et vivement conseillé) de rendre la maison propre, en ordre et avec le même nombre d’animaux qu’au début (Bah oui, c’est vrai que ce gros toutou était beaucoup trop mignon et que vous l’auriez bien adopté mais bon…)

En général, la vie de house-sitters est plutôt relax et permet d’avoir un peu d’indépendance, ce qui fait du bien quand on est un peu tanné des auberges ou du Couchsurfing (parce que oui, c’est chouette mais être un peu tranquille dans son coin aussi!)

J’ai beaucoup aimé faire du house-sitting et tout comme les autres expériences alternatives vécues, j’ai été de nouveau surprise de voir à quel point la confiance face à l’inconnu pouvait s’instaurer de façon presque instantanée. Et surtout, ça laisse de très jolis souvenirs

pet-sitting en voyage

Avez-vous déjà fait du house-sitting ? Quel site utilisez-vous pour effectuer vos gardiennages ? Racontez-moi votre expérience !

Tu as aimé cet article ? Partage-le !

Laisser une réponse

CommentLuv badge