22
Fév
2017
3
Travailler dans un parc animalier en Nouvelle-Zélande partie 1

Mon helpx dans un parc animalier en Nouvelle-Zélande (Partie 1)

Lors de mon voyage en Nouvelle-Zélande, j’ai eu la chance de vivre une expérience de Helpx hors du commun. Vous voulez que je vous raconte ?

 

Un été en décembre

Départ du Te Araroa

En décembre, mon compagnon de route, Ben, a décidé de faire le Te Araroa, la randonnée de 3000 kilomètres traversant les deux îles du nord au sud. Je ne l’ai pas suivi. Pas parce que j’en avais pas envie mais plutôt parce que la marche et moi… on a une relation assez compliquée. Je ne suis pas une grande sportive et déjà une randonnée de 20 kilomètres a le pouvoir magique de m’assommer pour plusieurs jours. Je vous laisse donc imaginer 3000 kilomètres…

On était à Invercargill, près de Bluff, le point de départ au sud par lequel Ben avait décidé de commencer son périple. Malgré l’appréhension nulle d’être séparés pendant plusieurs semaines, j’avais le projet de partir près de Queenstown. La région est reconnue pour ses cerises. Je n’avais jamais fait les vendanges en France alors pourquoi pas essayer la cueillette de cerises en Nouvelle-Zélande. Après tout, j’avais tout l’été devant moi, je voulais ramasser des sous et rencontrer de nouvelles personnes alors pourquoi pas!

Mais malheureusement, la conquête des cerises s’est avéré plus compliquée que prévu, la plupart des vergers ayant déjà trouvé tous leurs travailleurs pour la saison.

 

Le Helpx de rêve

Parc animalier

Je suis finalement tombé sur l’annonce parfaite : « CAFE AND ANIMAL WORKER » C’était loin, très loin de mon objectif premier. Et c’était en fait un Helpx. Mais bon, travailler dans un parc animalier tout un été semblait vraiment d’être le fun. Et puis, ils offraient un éventuel job payé au café.

M’imaginant déjà travailler au café et jouer avec les animaux du parc, le tout nourrie, logée, blanchie et un petit peu payée, je me suis dépêché d’appliquer et peu de temps après, je recevais un message de la propriétaire m’invitant à passer l’été chez eux. J’étais vraiment contente et j’avais super hâte de vivre cette expérience un peu insolite.

Quelques jours plus tard, Ben commençait sa marche de 3000 kilomètres. C’était triste un peu mais bon, on allait se revoir bientôt. Une nouvelle fois, je repartais seule sur les routes, à l’aventure.

Après avoir parcouru près de 700 kilomètres en deux jours, j’arrivais à Hanmer Springs. C’est une petite ville de 800 habitants, perdue au milieu des montagnes du Canterbury mais très réputée pour ses sources chaudes naturelles.

Arrivée au parc, j’ai été très bien accueillie par Kirsty et Tim, les propriétaires du parc. Ils ont deux enfants : Sam, un bébé de 9 mois tout souriant et Rosie, 4 ans qui, paraît-il, est un vrai gremlin à ses heures… Ils vivent sur le parc dans une grande maison et j’allais vivre avec eux pour les deux prochains mois. J’ai ma propre chambre et ma propre salle de bain. Je suis libre de me servir dans le frigo et d’aller voir les animaux quand j’en ai envie. C’est d’ailleurs ce que Kirsty m’invite à faire à mon arrivée. Une première rencontre avec des wallabies, il ne m’en faut pas plus pour avoir un sourire jusqu’aux oreilles.

 

Quelques jours plus tard…

Le café du parc

La découverte du New Zealand Barista Style et le travail au café sont très intéressants bien que ça manque un peu d’organisation. Je suis sûre que cette expérience va être très enrichissante et bonne à ajouter à mon CV, une fois la machine lancée.

En revanche, travailler dans un environnement anglophone a le don de m’épuiser. Eh oui, j’étais habituée d’avoir Ben avec moi pour parler français mais là… En plus, en territoire Kiwi, il faut redoubler d’attention et surtout de concentration! L’accent néo-zélandais est quelque peu différent de l’accent britannique ou américain qu’on connaît (bien que je sois difficilement capable de faire la différence entre les deux, l’anglais kiwi se reconnaît assez bien!)

Je dois vous avouer que les premiers jours sont un peu intenses sur le plan émotionnel. En dehors de mes quatre heures de travail quotidiennes, je passe beaucoup de temps seule et tout ça me laisse le loisir de ruminer et de trop penser. Seule et fatiguée, le manque de communication avec Ben, perdu au milieu du bois joue aussi beaucoup sur mon humeur. Et ceux qui me connaissent bien pourront témoigner du talent que j’ai à changer d’humeur en deux secondes!

 

Des animaux et de la joie

Malgré mon humeur changeante, je suis chaque jour émerveillée de travailler ici.

Je prends enfin mes marques et bientôt, je suis parfaitement autonome dans mon petit café! Je travaille souvent seule, que ce soit côté cuisine, préparation de boissons ou au service client. C’est varié et j’aime ça. Je suis très contente de pouvoir aider Kirsty et Tim à développer cet endroit qu’ils ont rachetés il y a seulement un an et demi.

C’est un petit parc. Peut-être une soixantaine d’animaux : des animaux de ferme (chevaux, vaches, ânes, chèvres, moutons) et des animaux exotiques (émeus, alpacas, lamas, yack, buffles d’eau et bien sûr, les wallabys!) Et qui dit animaux dit aussi bébés animaux !

Voici donc pour vous l’Instant Mignonnerie !

Bébés du parc animalier

A mon arrivée, il y en avait déjà trois : Barry, un petit buffle d’eau de quelques semaines, que j’ai eu la chance de nourrir (avec un sacré gros biberon de deux litres!) et Augustin et Joséphine, deux petits agneaux noirs à qui j’ai pris le soin de donner des noms bien de chez nous!

D’ailleurs, ces deux-là ont beaucoup marqué mon expérience au parc puisque après quelques jours, je me suis auto-attribué leur nourrissage au biberon, leur mère les détestant profondément. Deux fois par jour, j’avais ce moment spécial et qu’on se le dise, je suis aussi devenue un peu leur maman! Ils me suivaient partout, on faisait la course ensemble et on se faisait des câlins… quand ils ne voulaient rien savoir des autres humains. Oui, c’est deux petits rigolos m’ont fait vivre des moments vraiment mémorables!

Ce que j’admire beaucoup dans ce parc, c’est que les propriétaires prennent grand soin de leurs animaux. Chaque soir, à la fermeture, Tim ouvre tous les enclos pour mettre les animaux dans différents prés autour de la maison afin qu’ils puissent vivre leur vie paisiblement. Et chaque matin, il faut faire rentrer tout le monde et là, c’est souvent une grosse partie de fun!

 

Immersion totale

Hanmer Springs Canterbury
Même si je passe peu de temps avec eux, j’apprécie beaucoup d’être en immersion chez cette famille. Tim et Kirsty sont des gens vraiment occupés. Entre le parc et leur enfants, je peux pas vraiment leur en vouloir…

Kirsty cuisine bien, varié et beaucoup. Le souper est l’un des rares moments qu’on a tous ensemble. Ensuite de ça, ils passent du temps avec leurs enfants et je ne les revois presque pas de la soirée. De nouveaux helpers arrivent dans les prochains jours. Ça va faire du bien de rencontrer du monde!

En attendant, je me suis fait une super copine. Rosie, qui est une très grande fan de Dora l’Exploratrice, qui a une passion assez extrême pour La Reine des Neiges et qui veut « VRAIMENT VRAIMENT VRAIMENT » avoir des cheveux longs de princesse. Je ne suis pas habituée d’être entourée d’enfants. Les premiers jours, j’ai faussement cru que j’avais réussi à me la mettre dans la poche à coup de Bob l’éponge et de bracelets brésiliens. Grossière erreur.

Pour la petite histoire, ça a été un véritable scandale le jour où elle m’a demandé de lui faire une tresse, qu’elle m’a fait recommencer trois fois avant de partir en criant que sa natte n’était pas assez longue… parce que ses cheveux ne le permettaient pas…

Elle m’en fait voir de toutes les couleurs et me pousse à l’exaspération avec ses caprices à peine exagérés… Mais maintenant que j’y repense, la plupart du temps, c’était de bons et drôles de moments et parfois même que ça me manque un peu.

 

Une grosse surprise

Communiquer avec Ben devenait fastidieux et pas tellement drôle. Le fait de ne pas avoir de nouvelles jouait particulièrement sur mon humeur et m’inquiétait beaucoup.

Après une petite chicane, il s’en allait quatre jours dans la Longwood Forest, où il n’aurait pas de réseau. Tout en restant à l’affût du moindre signe de vie, j’ai décidé de bouder dans mon coin, le temps que les choses se tassent…

Mais c’était sans compter la très grosse surprise que j’ai eu en le voyant débarquer au café le lendemain matin ! Après s’être blessé au talon, il avait décidé d’arrêter et de me rejoindre. Contente mais encore énervée de cette situation parfaitement détestable, j’étais surtout rassurée de le voir.

Il était là, la saison commençait et les choses allaient prendre une autre tournure

Surprise au parc

La suite de mon aventure au coeur du Canterbury ici !

Tu as aimé cet article ? Partage-le !

Tu pourrais aussi aimer...

Sherbrooke, un an plus tard
Sherbrooke, un an plus tard…
charlevoix
La fois où je suis partie en stop à Charlevoix

10 Réponses

  1. Beaujouan

    Coucou, aurais tu un contact pour ce helpx, c’est exactement ce que nous recherchons avec mon copain! 😀
    Merci d’avance

  2. Merci pour ce retour sur expérience ! Je n’ai pas encore eu le plaisir d’essayer le Helpex mais j’en entends beaucoup de bien 🙂

    Je testerai lors de mon prochain long voyage et je te raconterai moi aussi mon expérience 😉

Laisser une réponse

CommentLuv badge